L’histoire :

 

Quand Lucien Caboski arrive à Méricourt, il cherche un travail. De fil en aiguille, il finit par trouver un poste dans une friterie. Et là, ça cause. Une cheffe d'entreprise, une infirmière syndicaliste, un cinquantenaire ouvrier bougon, une femme au foyer et un jeune discutent de politique, de pouvoir d'achat, d'internet, de notre époque… Jusqu’à ce qu’un évènement les oblige à se positionner...

L'origine du projet :

Pendant deux mois de résidence à Méricourt, j’ai sillonné la ville et interviewé un panel de citoyens : des jeunes, des anciens, des responsables associatifs, des chefs d’entreprise, un médecin, une coiffeuse, des barmans… En tout 22 interviews tout est enregistré, et cela représente plus de quarante heures de discussions.

 

De toutes ces paroles, après trois mois d’écriture et trois mois de répétition, un nouveau spectacle est né : « Au pied du bossu ». Ce cinquième opus de « One Man Show Citoyen » est un point de vue sur le monde depuis Méricourt.

 

Méricourt est une ville de 12  000 habitants, située dans le Pas- de-Calais, au cœur du bassin minier, entre Lens et Hénin- Beaumont. La ville est fortement marquée par 130 ans d’exploitation minière, avec tout ce qui va avec. Des accidents, des grèves et, quand la mine ferme, qu’est-ce que l’on fait ?

 

Ici, on ne sait plus si l’histoire fait la ville ou si c’est la ville qui a fait l’histoire. La catastrophe de Courrières en 1906, plus gros accident minier d’Europe, 1 100 morts, se passe à Méricourt. Après la Première Guerre mondiale, Méricourt est sinistrée à 100 %. La ville est reconstruite. La mine en est le fer de lance ; les quartiers, les rues portent cette histoire. On manque de main d’œuvre, on fait appel à l’immigration polonaise, italienne, marocaine.

Les ouvriers s’organisent et tout au long du XXe siècle. Les grèves et les mouvements de protestations sont nombreux (1906, 1936, 1941, 1948, 1963,1958, 1970). Jusque dans les années 1990 où l’arrêt de l’extraction du minerai, laisse la place à un chômage de masse.

Aujourd’hui, la ville est dirigée par une équipe municipale communiste ancrée sur le territoire, à l’écoute des citoyens, avec des projets dynamiques et novateurs. Aux dernières élections municipales, elle a été élue au premier tour. Malgré ça, Méricourt est la seule ville de France à avoir deux députés RN (dont leur présidente).

 

C’est chargé de toute cette vie que j’ai construit ce spectacle.

 

William Shakespeare, extrait de Comme il vous plaira : « Le monde entier est un théâtre, et tous, hommes et femmes, n’en sont que les acteurs. Et notre vie durant nous jouons plusieurs rôles. »

 

Dans ce seul en scène, je joue plusieurs personnages Ils sont tous issus des entretiens, même s’ils sont toujours déguisés par le filtre du théâtre afin que les interviewés ne soient pas mis en porte-à-faux. La construction de chaque personnage est un regroupement de plusieurs interviews.

 

L’ensemble des personnages va devoir résoudre collectivement un problème. Dans une unité de temps et d’action, qui permet aux spectateurs d’assister à une « simple histoire ». Tous les points de vue, les identités et les parcours de vie vont se côtoyer. Car, pour moi, c’est le rôle d’un travail artistique que de construire un miroir déformant de la réalité pour mieux regarder et comprendre la condition humaine.